Premier concept audiovisuel
bilingue en Europe

SP FR

Festival Lavage de la Madeleine

Festival du Lavage de la Madeleine (5-10 septembre 2017)

Voici la 16ème édition du festival brésilien organisé par l’association « Viva Madeleine », une association parisienne créée par l’artiste brésilien Roberto Chaves et dont l’objectif est la promotion et la valorisation de la culture brésilienne en France. La 1ère édition du festival eut lieu en 1998 sur les marches de l’Église du Sacré Cœur dans le 18ème. A partir de 2002 et jusqu’à aujourd’hui, l’événement se déroule sur les marches de la célèbre Église de La Madeleine dans le 8ème arrondissement de Paris.

Le « lavage » est une tradition provenant du nord-est du Brésil, Salvador de Bahia, et qui remonte au 18ème siècle, lorsque les esclaves avaient été obligés de laver les marches de l’église de Bonfim afin de préparer la fête en l’honneur du seigneur de Bonfim. Petit à petit ils commencèrent à célébrer le « Senhor do Bonfim » avec des rituels de Candomblé, l’une des croyances afro-brésiliennes les plus populaires du brésil. Les esclaves créeront alors une procession aux chants et musiques afro-brésiliens qui deviendra la deuxième plus grande fête populaire au Brésil après le carnaval de Rio. En 2011, l’UNESCO inscrit l’événement dans le programme «Route de l’Esclave» et en 2013 le gouvernement brésilien le déclare patrimoine culturel immatériel du Brésil.

Le festival qui célèbre cette tradition du «lavage» a lieu à Paris tous les ans depuis 16 ans et est composé d’une programmation variée (défilé, danses, musique, expositions d’art, gastronomie etc…). De grandes personnalités du monde artistique brésilien ont déjà été invitées les années passées comme le plasticien Bel Borba, le photographe Antonio Cançado, le chanteur Carlinhos Brown ou encore Daniela Mercury.

Cette année encore, le festival a ouvert ses portes avec une cérémonie célébrée dans l’église de La Madeleine, en français, en portugais et en yoruba par le prêtre catholique de La Madeleine et un babalorixa (prêtre suprême du Candomblé), venu de la région de Bahia, accompagné d’un chœur brésilien mené par la chanteuse Marcia Grandini.

La grande nouveauté de cette année était le Village Brésil, situé au centre sportif Jules Noël dans le 14ème. Les invités ont pu ainsi profiter d’une ambiance festive 100% brésilienne avec des plats typiques, des expositions d’art et d’artisanat et bien évidemment une grande programmation musicale. Certains nostalgiques et adeptes du Brésil auront d’ailleurs été ravis de redécouvrir des spécialités du nord-est du pays qui se font plutôt rares dans notre capital !

Cet espace a également permis de réunir la communauté brésilienne vivant en France ainsi que plusieurs associations en lien avec le pays qui présentaient leurs activités.
Cette année, l’affiche était tenue par Margareth Menezes, chanteuse afro-pop et Elba Ramalho reconnue comme beaucoup comme la « Reine du Forro ».

Baptisée l’« Aretha Franklin brésilienne » par le Los Angeles Times en 2004, l’artiste brésilienne Margareth Menezes est comédienne, chanteuse et productrice. En 1991, la revue musicale Rolling Stones désigne son album Ellegibô comme l’un des cinq meilleurs albums de World Music du monde. En 2008, elle termine sa tournée mondiale avec le 12e album de sa carrière et commence à se concentrer sur le mouvement Afropop brésilien. Un mouvement culturel qui réunit les arts visuels, la musique et la culture défendu par les défenseurs de l’égalité des droits.

Elba Ramalho est chanteuse, auteure-compositrice et actrice. Elle parcourt les scènes du folklore et de la musique populaire brésilienne depuis plus de 40 ans. En 1975 elle remporte le prix de la meilleure jeune actrice de l’année pour son rôle dans « OPERA DO MALANDRO » de Chico Buarque. Elle est 14 fois lauréate du Prix de la musique brésilienne. À Sao Paolo elle remporte deux fois le prix du meilleur spectacle de l’année. Elle est deux fois lauréate du Latin Grammy Awards, elle est également la première artiste brésilienne éditée en disque compact. Elle possède à son actif plus de 10 millions de disques vendus.

Ce grand rassemblement s’est terminé par le défilé du lavage symbolique des marches de La Madeleine, où les participants, habillés de blanc, symbolisant la paix dans le monde, défilent entre le boulevard Haussmann et la place de la Madeleine avec en tête les Bahianaises, suivies par plusieurs groupes de Batucadas, de Capoeiristes et de Samba de Roda.

On attend avec impatience la prochaine édition du festival qui nous rappelle la richesse culturelle et notamment musicale du Brésil ainsi que la diversité culturelle présente et représentée dans notre capitale. Rendez-vous pour la prochaine programmation sur lavagedelamadeleine.com

Alice Frémont
Photos de ©Marie-Michaël Manquat

¡Partagez!